2012 17 juil

Interview à propos du Cycle du Pourfendeur

Author: dominique Categories: Interview / article de presse

Retrouvez ci-dessous les temps forts de l’interview menée par Corwen de Mythologica.net à propos du Doigt d’Uthar et de sa suite « Le Crépuscule d’Aegis »

Bonjour Dominic. Dans un premier temps, merci d’avoir bien voulu répondre à quelques-unes de nos questions. Vous êtes l’auteur du Cycle du Pourfendeur dont le premier tome est Le Doigt d’Uthar . Mais vous-même comment vous présentez vous ?
Bonjour Corwen. Tout d’abord je tiens à vous remercier ainsi que le site Mythologica de m’avoir fait le grand plaisir de m’inviter à cette interview. Pour répondre à votre première question, il y a en réalité deux moi(s). D’un côté, il y a le Dominic Bédart de la journée qui travaille au sein d’une société de hautes technologies et qui traite de sujets très techniques comme de l’ingénierie de réseaux télécom, des problèmes de calcul haute performance ou encore le développement de codes de calcul. D’un autre côté, se trouve le Dominic Bédart du soir qui cherche à s’évader des préoccupations du quotidien en imaginant des histoires se déroulant dans des mondes remplis de magie et de créatures légendaires, récits qui, je l’espère, permettront au plus grand nombre d’entre nous de prendre du plaisir en s’évadant, en rêvant.
 
Comment donc l’informaticien racontant des histoires s’est retrouvé à écrire un livre ?

Depuis ma plus tendre enfance, j’ai toujours aimé écrire. Je me souviens m’être lancé dans l’écriture d’un roman d’espionnage à l’âge de douze ans, lequel relatait les aventures que nous inventions, mon frère et moi. Plus tard, dans le cadre d’autres activités ludiques (jeux de rôle), j’ai confectionné des scénarii, des campagnes voire même des extensions de jeu. Même dans la cadre de ma profession, je rédige beaucoup et j’aime cela, je prends beaucoup de plaisir à écrire. Il y a quelques années, avec l’arrivée de nos enfants, mon épouse et moi inventions beaucoup d’histoires pour les distraire. L’idée de passer à l’acte remonte à cette époque.
 
Pour les lecteurs qui ne connaissent pas le Doigt d’Uthar, pouvez-vous résumer un peu l’histoire ?
L’histoire nous entraîne sur les traces de Nori, garde-frontière du royaume nain de Razum. Ce nain, plutôt jovial se retrouve au beau milieu d’un nombre de plus en plus important d’échauffourées le long des frontières trolls alors qu’une paix durable règne sur tout Aegis depuis près de quatre cents années. Ces incidents atteignent leur paroxysme lorsqu’il découvre un rituel magique orchestré par les trois anciens ennemis du peuple nain : les trolls, les orques et les draconides au cours duquel il met la main sur un sceptre mystérieux. Il se lance alors dans une double quête, celle consistant à découvrir ce qui se cache derrière ces évènements que certains refusent de voir et que d’autres prennent pour insignifiants et celle de trouver un moyen de se sauver du mal inconnu se matérialisant sous forme d’horribles migraines qui le précipite vers une mort inévitable. Ces pas  l’amèneront à croiser la route de personnages peu ordinaires dans le pays des elfes, Huldra une guerrière elfe qui est bien plus que ce qu’elle parait, Sanya la grande prêtresse Elfe, Finarfin, le grand mage, Ermengarde, commandeure d’un ordre de chevaliers vouant sa vie à la lutte contre le mal et Oubaka, prince elfe ainsi que de redoutables créatures issues des anciens temps. Il finira par apprendre que le sceptre est en réalité « Le doigt d’Uthar », artefact du Dieu disparu des Dunedaes, peuple oublié et anéanti lors de la dernière Grande Guerre. Il découvrira alors l’abominable secret dissimulé derrière les apparences….
 
Au passage, pourquoi avoir pris comme héros un nain ?
À vrai dire, la question ne s’est jamais posée. Cela ne pouvait qu’être qu’un nain.
J’ai toujours eu un faible pour les nains, mais je ne peux expliquer pourquoi. Les personnes qui me connaissent bien le savent. Cela date probablement de mon passé de rôliste qui remonte à plus de vingt ans. Grand joueur que cela soit au sein de jeux de rôle (jdr), de jeux vidéos ou de mmorpg (jeux de rôle massivement multi joueurs), je me suis toujours identifié à cette race. Aussi, le choix d’un personnage principal de cette race s’est imposé à moi de façon tout à fait naturelle.

Leave a Reply